Página Inicial Institucional Cursos Exames Blog Links Contato
 
 
Aliança Francesa Caxias do Sul
 
     

Blog

   
  » ARQUIVO
  » Abril
  » Fevereiro
  » 2016
  » 2015
  » 2014
  » 2013
  » 2012
  » 2011
  » 2010
  » 2009
   
  » MARCADORES
  » AF
  » Animação
  » Anniversaire
  » Arquitetura
  » Artes
  » Automobilismo
  » Beleza
  » Biografia
  » Capacitação
  » Carros
  » Ce que j'ai vu en France
  » Cesar Mateus
  » Ciência
  » Cinema
  » Claudete Travi
  » Confraternização
  » Culinária
  » Cultura
  » Curiosidades
  » Dança
  » Design
  » Dicas
  » Entrevista
  » Escultura
  » Esportes
  » Evento
  » Fenêtres Ouvertes
  » Fotos
  » Frisson em Paris
  » Frisson em Paris 2012
  » História
  » HQ
  » Ilustrações
  » Imprensa
  » Intercâmbio
  » La première fois que j’ai vu...
  » Literatura
  » Marília Galvão
  » Meio ambiente
  » Moda
  » Música
  » Pintores
  » Plume d'Or
  » Polêmica
  » Política
  » Promoções
  » Publicidade
  » Resenha
  » Revista
  » Solidariedade
  » Teatro
  » Trabalhos de aula
  » Turismo
  » TV
  » Viagem
  » Vídeo
  » Visitas
 
 
Quinta-Feira, 24 de novembro de 2016

La première fois que j'ai vu Paris par Raíssa Scremin Ferreira

 
De la première fois que j’ai vu Paris, je me rapelle surtout les émotions que j’ai senties.

C’était la première ville où je suis allée en visite rapide avec mes amis par quelques pays européens. Je ne sais pas porquoi nous avons fait ça, mais nous n’avions qu’ un jour entier à Paris. Peut-être que là se trouve la beauté de ce voyage. Quand je suis sortie du métro, à côté de La Seine, je crois qu’ il n’y avait pas d'éblouissement qui ressemblerait à celui de mes yeux. Il était nuit, peu avant l’aube, et je voulais dévorer chaque petite partie de Paris pendant cette courte période de temps. Je n’ai permis à personne de dormir. Nous avons juste laissé nos bagages dans l'appartement d'un ami français qui nous a accueillis, et nous sommes partis pour témoigner le lever du soleil sur la Seine. Aucune des expériences de ce voyage est mesurable, mais je crois qu’une de plus profondes était dans toutes les rues étroites près de La Seine, quand je m’arrêtais, je gardais mes yeux bien ouverts, je respirais, je déglutissais le paysage inconnu et je sentais l'atmosphère magique de Paris. Il y a plusieurs beaux paysages inconnus dans le monde, mais seulement à Paris ils existent avec cet esprit magique. Là-bas, tout est magique. Les gens, les endroits, les endroits à manger, le métro, les artistes du métro, leurs musiques, leurs peintures, l'art, l'air. Marcher à Paris ne lasse pas, et se perdre n’est pas effrayant. Je ne savais que sourire. J'étais complète.

En bref, la visite était très touristique et évidemment, peut-être nous n’avons rien fait de différent, mais chaque lieu turistique a été charmant, incroyable et unique, et ça va toujours être le voyage le plus synesthétique pour moi. Quand je me souviens des moments et des endroits, je peux sentir encore une fois ce que j’ai senti là-bas. Il était comme rajeunir l'âme, en changeant les vêtements à l'intérieur. Je suis jeune, je sais, mais il y avait longtemps que je ne me sentais pas comme un enfant qui est enthousiaste à propos de tout.

Au Louvre, nous avons été les premiers à arriver. Ça peut être difficile à croire, mais j’ai été seule avec La Joconde. J’aime l’histoire, donc je tremblais tout le temps dans le musée – et c’était beaucoup d’heures. Mais Paris va bien au-delà de l’histoire, même pour ceux qui l’aiment. De toute façon, connaître Paris m'a fait aussi prendre conscience de comme je suis petite proche des choses, des lieux, des événements géants. Paris certainement m'a rendu plus humble.

La Tour Eiffel m’a paralysée et en même temps m’a deplacée à mon interieur. Je commençais à marcher lentement, éblouie. Je sentais comme s’ il ne faut rien faire d'autre dans le monde. Quelle absurdité. Paris m'a fait éprouver un nouveau sentiment: être en paix, sereine, mais agitée. Vraiment une plénitude avec une excitation sans explication. Il n'y a pas de meilleure combinaison. Carlos Drummond de Andrade, l’écrivain brésilien, a declaré: “Être heureux sans motif c’est le plus authentique forme de bonheur”. À Paris, je riais pour rien. Mais Paris probablement était le motif.

Au coucher du soleil nous étions dans la Tour, et la fin du jour a été en face d’elle, assise sur l’herbe. Un spectacle, alors que les lumières étaient déjà allumées. Enfin, nous avons fini la nuit dans un bar avec des amis français, en buvant des mojitos horribles et à rire beaucoup. Quand je suis partie, je pourrais jurer qu'il était un rêve. Je croirais seulment quand je rentrerais. Paris c’est ça. Paris n’est pas jamais trop.
         

 
Marcadores: AF, Cultura, La première fois que j’ai vu..., Trabalhos de aula, Viagem
Comentários (0)
 
Quinta-Feira, 24 de novembro de 2016

La première fois que j'ai vu la Ville du Cap par Odair Bristot Padilha

 
Il y a 10 ans, je faisais un échange à La ville du Cap, Afrique du Sud, pour étudier l'anglais. La ville du Cap, pour moi, est la ville plus interessante que je connaisse. Une ville cosmopolite qui parle l'anglais, l'afrikaans, xhosa et um grand pôle touristique pour les Sud-Africains, Allemands, Anglais et Américains.

La Ville du Cap a des belles plages comme à l'île de Florianopolis et le nord de Santa Catarina, ainsi que des vues magnifiques comme à Rio de Janeiro.

J'aimais trouver et ne l'oublierai la plage très belle que s’appele Camps Bay, la Montagne de la Table, deux pics nommés Lion's Head et Devil's Peak, le front de mer de Victoria & Alfred Waterfront, l’Aquarium des Deus Océans et la dégustation de vins dans la région de Stellenbosch.

Sa structure est comparée à une ville des premiers pays du monde mais il y a des problèmes de pauvreté, le revenu division, le chômage, les transports en commun que son comparée aux pays émergents.

Le régime de l'apartheid, malheureusement, est encore présent dans la culture et le comportement des personnes. Je l'ai vu la différence de traitement dans l'école pour une professeur noir et une professeur blanc. Catherine, une professeur noir, était le meilleur professeur d'école pour moi. Seuls les étudiants parlent avec Catherine dans l’école.

J'ai eu le plaisir de regarder le coucher du soleil dans la mer, car je était de l'autre côté de l'Atlantique.

La ville du Cap est pour moi une ville très très fantastique et inoubliable!
         

 
Marcadores: AF, Cultura, La première fois que j’ai vu..., Trabalhos de aula, Viagem
Comentários (0)
 
Quarta-Feira, 23 de novembro de 2016

La première fois que j'ai vu Prague par Mônica Vilasfam Mandelli

 
Je suis arrivée à Prague à 17.30 h. Il était l'hiver, 7ºC, il était nuit. Les lumières illuminaient les ponts et la belle architecture de la ville. Il était comme si j´avais déjà été là.

Dès l'enfance, je rêve de villes charmantes. Ça est probablement le résultat d'histoires de contes de fées et aussi en raison du fait que je suis une fille de la petite ville. Les villes petites et confortables avec leurs rues étroites et l'architecture belle m'enchantent toujours.

C´est vrai qu' il y a un autre visage de Prague, un plus moderne où la vie réelle se présente et qui est par moi apprécié aussi.

Dans l´ancienne place du centre-ville, les rues étaient pleines de gens. Il y avait des gens de différentes places du monde, j'écoutais différentes langues et une chanson qui était jouée. La place était allumée et la belle architecture encadre tout.

Dans l'église, l'horloge astronomique qui apporte une conception de lorsque la Terre était considerée fixe et le centre de l'univers.

Les restaurants pleins de gens aux tables en plein air. J´ai bu une bière de Prague. La saveur était dans les ingrédients et pas dans la température. C´était possible boire calmement sans qu´elle prenne un gout mauvais.

L'ambiance était particulière, spéciale. La nuit est tombée, la température a diminué et je ne peux pas dire combien, mais, j´ai senti et ça ne me dérangé pas.

Prague, une ville très ancienne, historique, pleine d'événements et de rendez-vous. Il faisait nuit, il faisait froid. Il y avait la beauté et la joie.
         

 
Marcadores: AF, Cultura, La première fois que j’ai vu..., Trabalhos de aula, Viagem
Comentários (0)
 
Terça-Feira, 22 de novembro de 2016

La première fois que j'ai vu Paris par Martha Michielin Gregoletto

 
La première fois que j’ai vu Paris a été émouvante.

C’étaient les derniers jours de l’été, ce jour était ensoleillé, la température agréable et mon rêve n’était plus impossible, car à ce moment, j’étais à Paris et j’ai pleuré.

À Montmartre, passer par le manège, monter les escaliers, visiter la Basilique du Sacré-Coeur et là-bas, prier, allumer une bougie pour remercier, a été un moment de réfléxion. Après, avoir une vue de Paris, m’asseoir sur la pelouse et écouter quelqu’un qui exécutait une chansonnette, a été merveilleux.

Le jour où je suis allée au Louvre, avec mes deux amies, était aussi un beau jour.

Quand j’ai apperçu l’énorme bâtiment du Louvre et je suis arrivée proche, j’ai pleuré, j’ai pleuré ! Être là-bas dans un lieu qui a été déjà un palais royal et pouvoir connaître un des musées plus grands, plus importants et plus visités du monde, a été une immense émotion !

Pour moi, la première fois que j’a vu et que je suis restée au pied de la Tour Eiffel, sera inoubliable, car elle est unique ! Elle inspire l’amour, la sophistication. Elle provoque beaucoup d’émotions !

Visiter Paris pour la première fois a été un voyage que je n’oublierai jamais !
         

 
Marcadores: AF, Cultura, La première fois que j’ai vu..., Trabalhos de aula, Viagem
Comentários (0)
 
Página 1 2 3 4 5 6 7 8 9 »
     
     
 

Parceiros

                   
 
 
  Aliança Francesa Caxias do Sul  
Facebook Twitter  
Rua Coronel Flores, 749, sala 202 - 54 3221.5212
 
 
  Desenvolvimento: WCM3 Agência Web Digital Feeling Estúdio de Criação