Página Inicial Institucional Cursos Exames Blog Links Contato
 
 
Aliança Francesa Caxias do Sul
 
     

Blog

   
  » ARQUIVO
  » Abril
  » Fevereiro
  » 2016
  » 2015
  » 2014
  » 2013
  » 2012
  » 2011
  » 2010
  » 2009
   
  » MARCADORES
  » AF
  » Animação
  » Anniversaire
  » Arquitetura
  » Artes
  » Automobilismo
  » Beleza
  » Biografia
  » Capacitação
  » Carros
  » Ce que j'ai vu en France
  » Cesar Mateus
  » Ciência
  » Cinema
  » Claudete Travi
  » Confraternização
  » Culinária
  » Cultura
  » Curiosidades
  » Dança
  » Design
  » Dicas
  » Entrevista
  » Escultura
  » Esportes
  » Evento
  » Fenêtres Ouvertes
  » Fotos
  » Frisson em Paris
  » Frisson em Paris 2012
  » História
  » HQ
  » Ilustrações
  » Imprensa
  » Intercâmbio
  » La première fois que j’ai vu...
  » Literatura
  » Marília Galvão
  » Meio ambiente
  » Moda
  » Música
  » Pintores
  » Plume d'Or
  » Polêmica
  » Política
  » Promoções
  » Publicidade
  » Resenha
  » Revista
  » Solidariedade
  » Teatro
  » Trabalhos de aula
  » Turismo
  » TV
  » Viagem
  » Vídeo
  » Visitas
 
 
Quinta-Feira, 24 de novembro de 2016

La première fois que j'ai vu la Ville du Cap par Odair Bristot Padilha

 
Il y a 10 ans, je faisais un échange à La ville du Cap, Afrique du Sud, pour étudier l'anglais. La ville du Cap, pour moi, est la ville plus interessante que je connaisse. Une ville cosmopolite qui parle l'anglais, l'afrikaans, xhosa et um grand pôle touristique pour les Sud-Africains, Allemands, Anglais et Américains.

La Ville du Cap a des belles plages comme à l'île de Florianopolis et le nord de Santa Catarina, ainsi que des vues magnifiques comme à Rio de Janeiro.

J'aimais trouver et ne l'oublierai la plage très belle que s’appele Camps Bay, la Montagne de la Table, deux pics nommés Lion's Head et Devil's Peak, le front de mer de Victoria & Alfred Waterfront, l’Aquarium des Deus Océans et la dégustation de vins dans la région de Stellenbosch.

Sa structure est comparée à une ville des premiers pays du monde mais il y a des problèmes de pauvreté, le revenu division, le chômage, les transports en commun que son comparée aux pays émergents.

Le régime de l'apartheid, malheureusement, est encore présent dans la culture et le comportement des personnes. Je l'ai vu la différence de traitement dans l'école pour une professeur noir et une professeur blanc. Catherine, une professeur noir, était le meilleur professeur d'école pour moi. Seuls les étudiants parlent avec Catherine dans l’école.

J'ai eu le plaisir de regarder le coucher du soleil dans la mer, car je était de l'autre côté de l'Atlantique.

La ville du Cap est pour moi une ville très très fantastique et inoubliable!
         

 
Marcadores: AF, Cultura, La première fois que j’ai vu..., Trabalhos de aula, Viagem
Comentários (0)
 
Quarta-Feira, 23 de novembro de 2016

La première fois que j'ai vu Prague par Mônica Vilasfam Mandelli

 
Je suis arrivée à Prague à 17.30 h. Il était l'hiver, 7ºC, il était nuit. Les lumières illuminaient les ponts et la belle architecture de la ville. Il était comme si j´avais déjà été là.

Dès l'enfance, je rêve de villes charmantes. Ça est probablement le résultat d'histoires de contes de fées et aussi en raison du fait que je suis une fille de la petite ville. Les villes petites et confortables avec leurs rues étroites et l'architecture belle m'enchantent toujours.

C´est vrai qu' il y a un autre visage de Prague, un plus moderne où la vie réelle se présente et qui est par moi apprécié aussi.

Dans l´ancienne place du centre-ville, les rues étaient pleines de gens. Il y avait des gens de différentes places du monde, j'écoutais différentes langues et une chanson qui était jouée. La place était allumée et la belle architecture encadre tout.

Dans l'église, l'horloge astronomique qui apporte une conception de lorsque la Terre était considerée fixe et le centre de l'univers.

Les restaurants pleins de gens aux tables en plein air. J´ai bu une bière de Prague. La saveur était dans les ingrédients et pas dans la température. C´était possible boire calmement sans qu´elle prenne un gout mauvais.

L'ambiance était particulière, spéciale. La nuit est tombée, la température a diminué et je ne peux pas dire combien, mais, j´ai senti et ça ne me dérangé pas.

Prague, une ville très ancienne, historique, pleine d'événements et de rendez-vous. Il faisait nuit, il faisait froid. Il y avait la beauté et la joie.
         

 
Marcadores: AF, Cultura, La première fois que j’ai vu..., Trabalhos de aula, Viagem
Comentários (0)
 
Terça-Feira, 22 de novembro de 2016

La première fois que j'ai vu Paris par Martha Michielin Gregoletto

 
La première fois que j’ai vu Paris a été émouvante.

C’étaient les derniers jours de l’été, ce jour était ensoleillé, la température agréable et mon rêve n’était plus impossible, car à ce moment, j’étais à Paris et j’ai pleuré.

À Montmartre, passer par le manège, monter les escaliers, visiter la Basilique du Sacré-Coeur et là-bas, prier, allumer une bougie pour remercier, a été un moment de réfléxion. Après, avoir une vue de Paris, m’asseoir sur la pelouse et écouter quelqu’un qui exécutait une chansonnette, a été merveilleux.

Le jour où je suis allée au Louvre, avec mes deux amies, était aussi un beau jour.

Quand j’ai apperçu l’énorme bâtiment du Louvre et je suis arrivée proche, j’ai pleuré, j’ai pleuré ! Être là-bas dans un lieu qui a été déjà un palais royal et pouvoir connaître un des musées plus grands, plus importants et plus visités du monde, a été une immense émotion !

Pour moi, la première fois que j’a vu et que je suis restée au pied de la Tour Eiffel, sera inoubliable, car elle est unique ! Elle inspire l’amour, la sophistication. Elle provoque beaucoup d’émotions !

Visiter Paris pour la première fois a été un voyage que je n’oublierai jamais !
         

 
Marcadores: AF, Cultura, La première fois que j’ai vu..., Trabalhos de aula, Viagem
Comentários (0)
 
Segunda-Feira, 21 de novembro de 2016

La première fois que j'ai vu le Brésil, après habiter à l’étranger pour 1 an par Mário César Vebber

 
Quand j’avais 19 ans, j’ai demenagé au Canada pour 1 an pour étudier à l’Université d’Ottawa, dans un programme d’échange. Voyager à cetter distance est bien sûr une experience très forte, mais le retour est aussi intense.

La première différence que j’ai senti imédiatement quand je suis sorti de l’avion étais l’air et le vent. C’était frais, très frais. Comme une brise côtière. Un éclarcissement : ça s’est passé à São Paulo, une ville duremente connu par son propre, de toute façon, très differént de l’air continental sêche du Canada. Je me rappelle les palmiers et d’autres arbres que je ne sais pas nommer maintenant et comment ils constrataient avec les interminables érables que j’ai vus pendant mon échange. C’est étrange, parce que j’aimais le manque d’humidité et les érables marrons, mais ces petites choses simplement font le sentiment de "chez moi".

En arrivant à Porto Alegre, j’ai rencontré m famille et des amis qui m’attendaient à l’aéroport, ils m’ont conduit à Caxias do Sul. C’était un peu comme un rêve déformé. Les lieux où on est passés étaient clairement familiers, mais pas complètement. Il y avait de nouveaux batiments, des rues renouvellées, des commerces différents. Cependant, sourtout, écouter les persones plus proches de moi parler des choses dont je ne fais plus partie a eté le plus étrange, une fois que j’avais été loin pour une année entière. Au moins ils parlaient portugais.

C’est une bonne confusion dans la tête. Je me suis senti bien pour revoir toutes les persones qui sont importantes pour moi, pour le chaleur de gens ici, pour la simplicité de communication, pour la cuisine. Pourtant, me manqueait l’indépendance que j’avais au Canada, la securité, les bus que je pouvais prendre n’importe quand. Bientôt j’ai senti que je n’appartenais à ni pays. C’est pourquoi la readaptation au retour est souvent plus longue et plus compliquée qu’ au départ.

Habiter à l’étranger et voyager en vacances sont deux experiences très différentes. En vacances, en général, on experiment principalmente les caractéristiques positives de la destination et il n’y a pas un changement dans le sens de ce qui est « chez lui/elle ». Plusieurs fois des gens finissent encore par sous-estimer las qualités du pays d’où ils viement.

Enfin, après quelques mois ou même un an, j’ai été readapté au Brésil. Bien sûr, je manque encore quelques aspects de la vie au Canada, mais je me rends compte des points positifs d’ici beaucoup plus facilement. En verité j’aime plus le Brésil maintenant, je me sens bien ici, je suis capable de reconnaître la gradiosité de notre pays, la complexité de notre societé, que seulement les brésiliens comprennent, notre diversité et aussi comme les brésiliens sont intéressants et créatifs grâce à tout ça. Comme on dit, le Brésil n’est pas pour les débutants.

Peut-être, une des leçons les plus importantes que j’ai apportée de mon échange a été ce nouveau respect par mon pays. Et j’ai eu besoin d’aller loin comme la moitié du monde pour le trouver.
         

 
Marcadores: AF, Cultura, La première fois que j’ai vu..., Trabalhos de aula, Viagem
Comentários (0)
 
Página « 1 2 3 4 5 6 7 8 9 »
     
     
 

Parceiros

                   
 
 
  Aliança Francesa Caxias do Sul  
Facebook Twitter  
Rua Coronel Flores, 749, sala 202 - 54 3221.5212
 
 
  Desenvolvimento: WCM3 Agência Web Digital Feeling Estúdio de Criação